É°LECTIONS: RÉ°SULTATS OFFICIELS ATTENDUS POUR DEMAIN, l’OPPOSITION EN TÃÅ TE?

Mercredì
00:36:42
Janvier
02 2008

É°LECTIONS: RÉ°SULTATS OFFICIELS ATTENDUS POUR DEMAIN, l’OPPOSITION EN TÃÅ TE?

View 173.1K

word 1.2K read time 5 minutes, 51 Seconds

KENYA: Misna; Les résultats des élections au Kenya ne seront pas connus avant demain midi, a annoncé Samuel Kivuito, responsable de la Commission électorale kényane (Eck) lors d'une conférence de presse.

Ce dernier est en train de superviser le dépouillement après le suivi des opérations précédentes. Les derniers résultats officiels relevés et regardant 12 circonscriptions sur 210 attribuaient, en début d'après-midi, 379. 981 voix à Mwai Kibaki contre 109.700 qui sont allées à Raila Odinga.

Cependant, des sources locales ont communiqué à la MISNA que les premiers résultats non officiels relatifs à un tiers des votants donnent un avantage flagrant à Odinga, y compris pour les élections législatives. Le retard enregistré dans les opérations de dépouillement serait dû à l’inattendue affluence aux urnes qui, dans certains cas, a bloqué la machine électorale obligeant à un report de la fermeture des bureaux de vote. Hier, près de 80% des ayants droits au vote knyans (14 millions d'électeurs) se sont rendus massivement aux urnes pour élire leur président, leurs futurs députés et leurs représentants locaux. (GB/AZ)

(2) Les violentes manifestations des partisans de l’opposition qui contestent les résultats des élections et les affrontements successifs contre les forces de sécurité – qui auraient fait plus de 140 victimes, selon le dernier bilan fourni par la télévision nationale et basé plus sur des estimations que sur un véritable comptage – sont en train de se propager dans plusieurs villes du Kenya. Selon des sources de notre agence MISNA interpellées dans différentes zones du pays, des tensions et des violences sont actuellement en cours à Kisumu, où les autorités ont imposé un couvre-feu ce matin, mais aussi à Kitale, Nakuru, Eldoret, Likoni, Mikindani (des villes toutes situées dans l’ouest du Kenya) et à Mombasa, principale ville côtière du Kenya. “La situation à Kisumu est inquiétante – a dit Père Joseph Otieno, missionnaire de la Consolata résidant dans la banlieue de la ville, fief de l’ethnie Luo, à laquelle appartient le leader de l’opposition Raila Odinga –, les habitants ne peuvent ni entrer ni sortir, si ce n'est à pied ou en vélo, parce que les rues sont barrées par des groupes d'hommes armés qui donnent la chasse aux Kikuyus (ethnie dont est issu le président Mwai Kibaki, Ndlr)“. Des témoins oculaires évoquent par ailleurs une quarantaine de morts, des corps sans vie abandonnés dans les rues, avec des blessures par balles évidentes à la tête. “Une situation très tendue – ajoute le missionnaire – accompagnée de saccages et d'actes de vandalisme qui concernent surtout les kiosques et de petits supermarchés appartenant pour la plupart à des habitants kikuyus“. D'autres scènes de “chasse au Kikuyu“ – influent et puissant groupe ethnique kényan qui regroupe 22% de la population – se vérifieraient dans de nombreuses autres zones du pays (Kuresoi, Molo, Kakamega, Busia, Kisumu, Ahero, Migori, Kericho, Kitale, Lugari et Homabay), y compris Mombasa et plusieurs agglomérations de la province de cette dernière, où, selon des sources de la MISNA, des centaines de Kikuyus chercheraient refuge dans les églises. “à Mombasa, des groupes de manifestants brûlent depuis hier des pneus et défilent dans les principales rues“, dit une source de la MISNA contactée en ville, tout en précisant que “les violences se limitent pour l’instant aux zones périphériques et aux bidonvilles“. Cette même source raconte que les violences auraient provoqué “de nombreuses victimes“, bien qu'elle ne soit pas en mesure de fournir un bilan précis. Hier, immédiatement après la prestation de serment de M Kibaki pour un nouveau mandat, le nouveau président a appelé la population au calme et à la réconciliation. l’opposition a cependant annoncé une grande manifestation aujourd'hui, à 14 heures, au Parc Huuru de Nairobi, dans le but de protester contre les “fraudes“ présumées qui se seraient vérifiées au cours des élections et refuser la réélection de M Kibaki. (ADL/MZ/CN) [CO]

(3) “Des familles entières se dirigent à pied vers les zones rurales pour essayer de quitter la ville avant la nuit tombée, par crainte que leurs maisons ne soient attaquées ou incendiées. Des hommes, mais surtout des femmes et des enfants cherchent refuge dans les campagnes et dans les fermes“ : la voix de Père Michael Njagi, missionnaire de la Consolata, contacté par notre agence MISNA à Likoni, dans la banlieue de Mombasa, est presque entièrement recouverte par les voix des gens qui se sont déversés dans les rues au cours des dernières heures pour demander asile aux églises et aux hôpitaux. “Cette nuit, nous accueillerons plusieurs d'entre eux ici, dans notre centre ; devant l’église de la mission, il y a une grande cour – dit le missionnaire – où ils pourront rester au moins jusqu'à ce que la situation soit plus calme“. Presque tous les demandeurs d'asile sont issus de l’ethnie kikuyue, à laquelle appartient également le président Mwai Kibaki, qui a été investi hier d'un second mandat après avoir remporté les élections du 27 décembre dernier : les Kikuyus sont en effet contraints à fuir par des bandes de jeunes Luos, l’ethnie du candidat de l’opposition Raila Odinga, défait aux urnes par un écart de plus de 200.000 voix. La dangerosité du caractère ethnique émergé pendant la campagne électorale, dès lors que de nombreux candidats ont eu recours à l’argument de l’ethnie dans le but d'accumuler davantage de voix, provoque en ces mêmes heures les dégâts redoutés. Le scénario décrit par le responsable du centre d'accueil de Likoni ne semble effectivement pas isolé puisque depuis Kisumu aussi, petite ville de l’ouest du pays, la MISNA a recueilli des témoignages similaires : “Des dizaines et des dizaines de personnes frappent à notre porte en quête d'accueil – a raconté Père Joseph Otieno –, ils sont tous de l’ethnie kikuyue et très effrayés par les violences et les affrontements armés qui se vérifient dans les bidonvilles, les zones les plus dégradées et celles qui mélangent le plus les ethnies“. Pendant ce temps, la télévision étatique kényane a annoncé que les morts, depuis la proclamation de Mwai Kibaki en tant que président, s'élèveraient à 130 et les six dernières victimes se trouveraient précisément à Mombasa, ville côtière du sud du pays, un bilan qui n'est pas encore vérifiable par des sources indépendantes. Quant à la manifestation de protestation contre les résultats des élections qui aurait dû avoir lieu cet après-midi, à Nairobi, elle a été reportée au 3 janvier par Raila Odinga, leader du mouvement de l’opposition 'Orange'. (ADL/CN)

Source by Misna


LSNN is an independent publisher that relies on reader support. We disclose the reality of the facts, after careful observations of the contents rigorously taken from direct sources. LSNN is the longest-lived portal in the world, thanks to the commitment we dedicate to the promotion of authors and the value given to important topics such as ideas, human rights, art, creativity, the environment, entertainment, Welfare, Minori, on the side of freedom of expression in the world «make us a team» and we want you to know that you are precious!

Dissemination* is the key to our success, and we've been doing it well since 1999. Transparent communication and targeted action have been the pillars of our success. Effective communication, action aimed at exclusive promotion, has made artists, ideas and important projects take off. Our commitment to maintain LSNN is enormous and your contribution is crucial, to continue growing together as a true team. Exclusive and valuable contents are our daily bread. Let us know you are with us! This is the wallet to contribute.

*Dissemination is the process of making scientific and technical information accessible to a non-specialist public. This can come through various forms, such as books, articles, lectures, television programs and science shows.


Similar Articles / É°LECT...ÃÅ TE?
from:
by:
01 gen 1970